Réflexions...

 

S'imaginer que les pizzaïolos qui exploitent la zone de chalandise convoitée sont tous nuls est le meilleur moyen de courir à la catastrophe.

D'abord, c'est un fait : les zones de chalandises inexploitées sont rares dans notre pays. Souvent, celle où vous voudrez exercer sera donc déjà exploitée et, généralement, une concurrence féroce s'y sera développée à tel point que ses exploitants font des marges minimales et passent le plus clair de leur temps a chercher un repreneur.

De plus, il n'y a pas que les artisans ou commerçants qui se disputent le gâteau : les industriels de l'alimentaire se sont penchés sur le problème. Ils ont revu et adapté leurs produits et il faut bien reconnaître qu'ils ont réussi à les rendre « acceptables » à tel point que, bien souvent, les débutants dans notre métier peinent à obtenir ce résultat et, surtout, ne peuvent pas s'aligner sur les prix. Ce phénomène est amplifié par l'aspect pratique : les produits industriels sont présents dans les rayons des grandes surfaces.

Supposer que la clientèle attend depuis toujours notre propre pizza, c'est faire preuve d'une grande prétention, mais c'est surtout commettre une erreur grossière.

 


menu-retour